Presqu’île en fleurs et les jardins à la française les 12 et 13 mai 2012

Dans le cadre prestigieux du château des Ravalet, la Ville de Cherbourg-Octeville vous invite les 12 et 13 mai 2012 à la 5e édition de Presqu’île en Fleurs. Une invitation au jardin en compagnie d’une quarantaine de pépiniéristes, d’associations de jardiniers, avec au programme des concerts, des expositions sur les plantes … Et cette année, découvrez les jardins à la française.

Tous les deux ans depuis 2004, le château des Ravalet accueille Presqu’île en Fleurs, rendez-vous botanique qui regroupe une quarantaine de producteurs de plantes rares et exotiques: près de 20000 passionnés s’y retrouvent dans un domaine de plus de quatorze hectares, classé Jardin remarquable, pour acquérir l’espèce rare manquant à leur collection, parfaire leur culture du jardin ou simplement se promener et profiter des animations proposées.

Pour les amateurs de botanique, le service embellissement de la ville de Cherbourg-Octeville a sélectionné avec soin une quarantaine d’exposants pour leur qualité et leur originalité. A chaque édition, de nouveaux pépiniéristes rejoignent les habitués: en 2012, deux producteurs belges – l’un spécialiste des hémérocalles, l’autre des bananiers et alocasiasseront présents, les pépinières de la Hulotteproposeront leurs variétés de plantes grimpantesD’autres «petits» nouveauxsont également prévus! Mais les habitués seront également de la partie: spécialiste des hydrangeas, producteur de roses anciennes, producteur de graines bio disparues, spécialistes des orchidées, primevères, cactus

Retour sur les jardins à la française

AvecPresqu’île en Fleurs, les jardiniers retracent également l’histoire des jardins. Après la création d’un jardin des vents en 2004, la reconstitution d’un jardin carolingien en 2006, le voyage au cœur des jardins du Moyen-Âge en 2008, et les roses de la Renaissance en 2010, les jardiniers de la Ville vous emmènent cette fois-ci découvrir les jardins à la française. « Le parc des Ravalet associe de façon harmonieuse jardin à lafrançaise et jardin à l’anglaise. Mais à l’occasion de cette 5e édition, le jardin devant la serre du château sera intégralement réaménagépour répondre aux critères très spécifiques du jardin à la française », explique Yvan Dupont, conseiller délégué à l’embellissement. « Très géométrique, sa conception est fondée sur le principe de symétrie. Les visiteurs pourront ainsi profiter du jardin à la française avec ses buis qui existait au début du XIXesiècle. »

Les associations locales spécialisées dans la botanique – Jardiniers de France, Arts et Jardins en Cotentin, Fresville Fossiles, Val de Saire Bonsaï, Club arts et bouquets d’Avranches…se pencheront également sur le jardin à la française et proposeront des animations, jeux, quiz, expositions, compositions florales… autour de cette thématique et de la Renaissance en général. En outre, le conservatoire de musiqueinterviendradans les allées du domaine avec des petits concerts de musique classique, tandis que des clowns de la compagnie Tous à vos nez déambuleront le week-end et vous interpelleront dans les allées. Dans la cour du château, la Maison rurale de Coutances et le Lycée horticole de Coutances, l’Union des parcs et jardins de Basse-Normandie, l’Office du tourisme de la Hague… seront présents et présenteront leurs activités.

Une sauge prénommée… Cherbourg!

Autre temps fort: le baptême d’une nouvelle espèce de sauge qui portera le nom Sauge de Cherbourg. «Cette hybridation est créée par un des producteurs présents pour Presqu’île en fleurs, souligne Muriel Jozeau-Marigné, maire-adjointe aux grands événements. Deux cents plants seront mis en vente pendant le week-end et une quinzaine de Sauge de Cherbourg – de couleur jaune – sera plantée dans les différents massifs de la ville. »

L’entrée de Presqu’île en Fleurs ainsi que les animations proposées sont gratuites. Une invitation au jardin qui vaut le déplacement!

Des animations sous le signe de la Renaissance et des jardins à la française

Concerts, exposition photo sur les traces de Barbey d’Aurevilly, jeux, compositions d’art floral…: Presqu’île en Fleurs réserve de nombreuses surprises aux visiteurs. Et, pour sa 5e édition, vous propose un détour par les jardins à la française.

Comme à chaque édition, les associations de jardiniers ont travaillé sur le thème proposé: en 2012, honneur donc aux jardins à la française et à leurs formes géométriques. L’occasion de découvrir – à travers jeux, quiz, compositions d’art floral ou expositions – l’histoire de ces jardins qui ont connu leur apogée avec les jardins de Le Nôtre à Versailles.

Au sein du château, la société des sciences a travaillé avec les jardiniers de la ville pour présenterson inventaire de la biodiversité de la faune et la flore locales.Des sorties seront organisées dans le parc à la découverte des insectes avec la société des sciences et un éducateur-écoloque de la ville.

Dans la salle des communs et la tour de l’horloge, le photographeBruno Mercier présentera ses photos contrastées, en noir et blanc:Cotentin, lumières aurévilliennes, réalisées d’après les écrits de Barbey d’Aurevilly. Il y  met en valeur les lieux du Cotentin décrits par l’écrivain.

Mais l’événement vous réserve bien d’autres surprises: des musiciens du conservatoire municipal, intervenant dans différents endroits du parc, interprétant des morceaux de musique classique; la compagnie Tous à vos nezet ses trois clowns interpellant les passants. Mais aussi des compositions d’art floral sur le thème des jardins à la française

Retrouvez le programme détaillé sur www.ville-cherbourg.fr (à partir d’avril)

Un jardin à la française au château des Ravalet

Le parc du château des Ravalet marie avec harmonie jardins à la française et jardins à l’anglaise.Deux jardins dont l’esprit s’oppose: le premier, qualifié de jardin d’architecte, soumet le paysage à la géométrie tandis que le second – jardin de peintre – s’adapte à la nature. Pour Presqu’île en Fleurs, les jardiniers municipaux ont recréé une composition à la française devant les serres.

Le jardin à la française est l’héritier du jardin à l’italienne créé à la Renaissance. La conception du jardin devient à cette époque un art et l’harmonie de son organisation et de son tracé constitue un retour à l’idéal esthétique et intellectuel de l’Antiquité (géométrie des formes, abondante présence de l’eau, vastes espaces).

Ce jardin à la françaisereprésente l’essence du classicisme par le triomphe de l’ordre sur le désordre, la domination de la culture sur la nature. Doté d’une organisation géométrique, il est dominé par une terrasse qui permet de saisir d’un seul coup d’œil son agencement. Autour d’un axe central, s’ordonnent symétriquement allées, parterres, arbres en alignement, bassins et autres machines hydrauliques. Des buis taillés en topiaire et des statues placés géométriquement parachèvent l’ensemble.

Symétrie, perspectives élaborées et jeux d’eau: le jardin à la française repose davantage sur sa composition que sur les végétaux utilisés.Il connaîtra son apogée au XVIIe siècle avec les jardins de Versailles créés par André Le Nôtre pour Louis XIV.

A la fin du xviie siècle, de nouveaux jardins apparaissent, plus pittoresques ou irréguliers, en réaction à l’artificialité, aux lignes droites, aux figures régulières, aux plans de niveau…. du jardin à la française de Le Nôtre. Ils sont l’adaptation des théories «antisymétriques» des Chinois, transmises en Occident par les missionnaires jésuites de retour d’Asie.

Ces théories s’imposent d’abord en Angleterre où la nature des paysages ainsi que le mode de propriété en vastes espaces ouverts conviennent parfaitement au style irrégulier: c’est l’apparition du jardin à l’anglaise. Son apparente simplicité, l’agencement des arbres où joue la lumière, le choix minutieux des plantes disposées en massifs sur des gazons parfaits, la présence savamment naturelle de pièces d’eau et de vallonnements, les éléments architecturaux d’inspiration égyptienne, grecque, turque, gothique, asiatique… sont autant de caractéristiques de ce jardin conçu comme un paysage et non comme une géométrie.

Si les jardins français qui soumettent le paysage sont des jardins «d’architecte», les jardins anglais, parfois qualifiés de jardins «de peintre», s’y adaptent.

Le parc du château des Ravalet, aménagéà partir de 1872 sur les indications de René de Tocqueville par M. Renoux, jardinier en chef, propose un harmonieux mélange de ces deux jardins. A l’occasion de Presqu’île en fleurs, les jardiniers municipaux ont recréé un jardin à la française «classique», devant la grande serre du château.

Cherbourg-Octeville fleurit durablement

Depuis 2010, la ville de Cherbourg-Octeville pratique un fleurissement durable: plus de 500 nouvelles variétés de vivaces et arbustes ont été plantées dans les massifs afin de favoriser la biodiversité, le paillage a été généralisé et l’utilisation de produits phytosanitaires bannie.

Depuis plusieurs années déjà, la Ville s’est engagée dans une gestion durable de ses espaces verts. « La consommation en eau a été réduite de 40 % grâce à l’évolution des systèmes d’arrosage, la sélection d’espèces peu gourmandes en eau, le paillage systématique des parterres et l’installation de récupérateurs d’eau de pluie », souligne Yvan Dupont, conseiller municipal délégué à l’embellissement. De même, les jardiniers n’utilisent plus de produits phytosanitaires: «le passage au zéro phytosanitaire se traduit par un recours au désherbage manuel, moins radical que l’utilisation de désherbants et qui permet de préserver la biodiversité et la santé des habitants comme de nos jardiniers ».

Plus de 500 nouvelles variétés de vivaces

Parallèlement, la ville a fait évoluer son fleurissement: au lieu d’installer des plantes annuelles, les jardiniers ont planté en 2010 des vivaces dont la durée de vie se prolonge sur plusieurs années. Au total, plus de 500 nouvelles espèces de vivaces et arbustes ont été plantées sur toute la commune, favorisant ainsi la biodiversité de la faune et de la flore. «Nous sommes passés de près de 300 variétés à 548 mais nous avons diminué le nombre de plants de 400 000 à 50 000, explique Dominique Poirier, directeur de l’embellissement.Les plantes sont renouvelées par tiers chaque année ».

Aux vivaces, s’ajoute près d’une cinquantaine d’arbres et arbustes dont des espèces rares: « Cela s’inscrit dans l’objectif de constituer une ville arboretum,s’enthousiasme Bernard Cazeneuve, le Député-Maire. Notre engagement en faveur de la gestion durable de nos espaces verts est essentiel: en tant que collectivité, nous devons montrer l’exemple ».

Mariage de plantes locales et exotiques

Planter des vivaces implique de réfléchir autrement les parterres. Le choix de ces plantes a été effectué principalement en fonction de leur adaptation au climat local, de leur floraison importante (3 à 4 semaines) et de leurs couleurs. «L’objectif est d’avoir une floraison qui s’étale et s’enchaîne, précise Frédéric Galbadon, responsable des serres municipales.Et pour avoir des parterres colorés et touffus, nous allons mixer plantes classiques genre asters, crocosmias, agastaches… et plantes de l’hémisphère sud comme les echiums, les agapanthes, les ligulaires…».Une politique qui a porté ses fruits puisque le jury des villes fleuries a maintenu le label des quatre fleurs à Cherbourg-Octeville.

Enfin, la ville se positionne comme ville référente en termes de développement durable de ses espaces publics. «Nous encourageons les familles à ne plus recourir aux produits phytosanitaires dans les cimetières en leur proposant des binettes et autres outils, et en végétalisant une partie des surfaces minérales pour renforcer l’idée de pelouse, explique Yvan Dupont. De même, nous avons lancé, en partenariat avec l’association mycologique du Cotentin et la société des sciences de Cherbourg, un inventaire exhaustif et précis de la faune et de la flore de Cherbourg-Octeville: depuis janvier 2010, ces spécialistes dressent une cartographie des espèces vivant sur notre territoire afin que nos services adaptent plantations et entretiens des terrains aux champignons, faune, flore, oiseaux et insectes qui peuplent les sites.»

Infos pratiques :

Horaires d’ouverture :

Presqu’île en Fleurs sera ouvert de 10h à 19h les 12 et 13 mai, au parc du Château des Ravalet, propriété de Cherbourg-Octeville et situé sur la commune de Tourlaville. L’entrée est gratuite pour tous.

Services :

Cinq parkings gratuits, susceptibles d’accueillir un total de 1 500 véhicules, ont été mis à disposition du public. Pour faciliter les déplacements, la circulation sera en sens unique. Un fléchage permettra d’accéder au Château.

Comme les années précédentes, la Ville met également gratuitement à votre disposition une consigne de plantes, si vous craquez pour un arbuste dès le premier stand, ainsi qu’un système de brouettage jusqu’à votre véhicule.

Restauration :

Un point de restauration, ouvert pour l’occasion et situé derrière la vente des plantes, proposera des plats du jour et des grillades.

En outre, un salon de thé situé dans la cour d’honneur proposera boissons chaudes et froides, salades, glaces et sandwiches.

Post author