30 minutes de voyage pour rallier l’Ile d’Yeu

Au départ de Fromentine (La Barre-des-Monts, Vendée), La compagnie Yeu Continent propose des traversées deux fois plus rapides que celles opérées, plus au sud, depuis Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Un embarcadère au nord de la Vendée

Yeu, l’île française la plus éloignée du continent après la Corse, reçoit chaque année entre 50 000 et 100 000 visiteurs, flux qui se concentre presque exclusivement sur la période avril-septembre, la période la plus dynamique sur le plan touristique. Au plus fort du mois d’août, le territoire insulaire compte jusqu’à 40 000 personnes, une population sept à huit fois supérieure à celle du nombre d’habitants (5 000). A cette période, l’activité de l’Ile d’Yeu est à son pic !

La plupart de ces vacanciers rejoignent Port Joinville, chef-lieu de l’île, depuis l’embarcadère de Fromentine (département de Vendée) exploité par la compagnie Yeu Continent qui propose les liaisons les plus rapides sur ce trajet, soit 30 minutes (1 heure l’aller-retour). Ce service, déployé dans la cadre d’un partenariat avec la Région Pays de la Loire, est actif depuis les années 1950 (c’est le conseil général de Vendée qui en est à l’origine, à travers la création d’une régie départementale en 1949).

Deux catamarans et un bateau pour le « fret »

En quelques décennies, Yeu Continent n’a jamais cessé de développer et moderniser son équipement de transport maritime : sa flotte est aujourd’hui composée de catamarans jumeaux (le « Pont d’Yeu » et le « Châtelet ») capable d’atteindre une vitesse de 30 nœuds (environ 55 km/h) par l’intermédiaire de leurs quatre moteurs de 1900 chevaux. Grâce à leur faible tirant d’eau, ces navires, moins dépendants des horaires des marées, sont à même de réaliser davantage de traversées entre Fromentine et la rive ouest de l’Ile.

Ce service maritime, dévolu aux voyageurs sans moyen de transport motorisé, est doublé d’une partie « fret » qui prend en charge le transfert des marchandises et des véhicules entre Yeu et le continent. Au cours du premier semestre 2022, la compagnie Yeu Continent remplace l’Insula Oya II, le bâtiment qui assurait cette fonction depuis 1987, par un nouvel équipement, l’Insula Oya III, construit sur les chantiers de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Ce navire flambant neuf, plus grand que l’ancienne version (un gain de 5 mètres en longueur, pour 55 mètres) présente aussi d’une capacité supérieure, soit un emport de 15 véhicules (contre 10 antérieurement) et 140 places supplémentaires pour les passagers (391 au total).

Un transport plus respectueux de l’environnement

Surtout, sa technologie s’inscrit parfaitement dans l’objectif que s’est fixé la Compagnie Yeu Continent de déployer un mode de transport maritime plus éco-responsable : l’Insula Oya III dispose de l’équipement nécessaire pour s’adapter au « cold ironing », un système de branchement électrique à quai qui lui permet d’éteindre ses moteurs à chacune de ses escales, et ainsi réduire les nuisances sonores et l’émission de gaz polluants. La motorisation du bateau respecte aussi la norme Imo Tier III qui limite les rejets d’oxyde d’azote (Nox) dans l’atmosphère.

Rappelons que l’embarquement des passagers à bord des navires de Yeu Continent s’opère depuis la petite station balnéaire de Fromentine, qui relève de la commune de La-Barre-des-Monts. Un parking, gratuit en haute saison, est situé à proximité.

 

 

 

Post author