Les Français veulent toujours plus de vacances selon une dernière étude

Selon l’édition 2017 de l’étude Expedia Vacation Deprivation, les Français veulent toujours plus de vacances synonymes pour eux de bien-être et d’équilibre tant personnels que professionnels.

vacances famille

L’agence de voyage en ligne, expedia.fr, dévoile les résultats de son rapport annuel Expedia Vacation Deprivation 2017 portant sur les besoins et habitudes de vacances chez les adultes actifs en Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe et Asie.

Cette année encore et même plus que l’année dernière, les Français ont à 66 % le sentiment de ne pas avoir assez de vacances, contre 47 % en 2016. Un chiffre élevé alors que la France se situe parmi les pays dont le nombre de vacances est le plus élevé.

Les Français dans le top 5 mondial

Avec 30 jours de congés par an, la France se situe dans le top 5 des pays dans le monde ayant le plus de vacances aux côtés de l’Allemagne, de l’Espagne, de la Finlande, du Danemark et du Brésil. La moyenne mondiale étant de 20 jours par an. Les Français sont plutôt bien lotis avec deux fois plus de vacances que leurs amis outre-Atlantique. Les Américains et Canadiens n’ont en effet que 15 jours de congé en moyenne par an.

Pas un jour à perdre

Contrairement à certains pays d’Europe tels que l’Italie ou la Suède, ou dans le monde tels que le Japon, l’Australie ou l’Argentine, 78 % des Français prennent tous leurs jours de congé. Ils ne souhaitent d’ailleurs pas les perdre et à 77 %, ne se sentent nullement coupables de partir en vacances s’ils ont accumulé des jours. Les personnes interrogées dans les autres pays ne posant pas leurs congés affirment en général ne pas avoir assez d’argent pour partir (51 % des Italiens, 40 % des Japonais ou 37 % des Australiens). La difficulté de poser des jours à cause d’une charge de travail trop importante ou la volonté d’accumuler ces jours pour de plus longues vacances sont les deux autres raisons invoquées.

Les Français en veulent toujours plus

Les Français rêveraient même avoir jusqu’à 8 jours de vacances supplémentaires par an. Et pour un jour de plus, ils seraient prêts à abandonner les boissons alcoolisées (à 54 %), les médias sociaux (à 47 %), leurs desserts (à 38 %), le café (à 37 %) ou encore la télévision (à 36 %). Et pour 73 % d’entre eux, le nombre de jours de congés est un des facteurs déterminants pour étudier et éventuellement accepter une offre pour un nouvel emploi.

Petits et longs séjours, petits et grands bonheurs

Les Français ne semblent pas avoir d’idée très arrêtée quant à la longueur type des vacances. Ils mélangent allègrement petits et longs séjours pour 39 % d’entre eux, organisent un ou deux longs séjours de plus d’une semaine pour 34 % ou cumulent les petits séjours le temps d’un week-end prolongé pour 23 % d’entre eux. Une tendance générale tant en Europe que dans les autres pays du monde. Seuls les Brésiliens et Argentins semblent organiser leurs vacances prioritairement autour d’un ou de deux longs séjours par an.

Une question de bien-être et d’équilibre

Prendre des vacances régulièrement est une nécessité selon les Français qui à 64 % attendent moins de 6 mois avant de repartir en vacances. Pour la majorité d’entre eux, c’est une question de bonheur et d’équilibre.
D’un point de vue personnel, les Français profitent des vacances pour déconnecter de leur travail (64 %), passer du temps avec leur famille ou leurs amis (63 %), découvrir de nouvelles destinations (56 %), expérimenter de nouvelles cultures et cuisines (44 %) et rencontrer de nouvelles personnes (21 %). D’un point de vue professionnel, les Français estiment que des vacances régulières sont bénéfiques pour tout le monde. Ils affirment revenir au travail en étant plus détendus (55 %), plus efficaces (36 %), dans de meilleures dispositions vis-à-vis de leurs collègues (40 %) et plus concentrés (55 %).

 

Cette étude intitulée Vacation Deprivation 2017 a été menée pour le compte d’Expedia par Northstar, une société de conseil en prospective stratégique intégrée à l’échelle mondiale. Réalisée en ligne du 4 au 15 septembre 2017, dans la langue du pays, auprès de 15 081 adultes âgés de 18 ans et plus, travaillant à temps plein, répartis dans 30 pays d’Amérique du Nord, Europe, Amérique du Sud et Asie-Pacifique.

Post author